Il était à l’origine imposé aux agents de santé, aux forces de défense ainsi qu’aux personnes contaminées ou à risque. Vu l’évolution de la maladie dans le monde, et l’apparition de nombreuses personnes asymptomatiques et infectées, le port d’un masque de protection devient obligatoire pour tous afin de protéger la population. Au Gabon, de nombreuses personnes faisant désormais preuve d’ingéniosité proposent des masques en pagne comme alternative. Mais pour quel niveau de protection?  

Le Gabon compte à ce jour 46 cas positifs à la Covid-19. Un chiffre qui est susceptible de croître considérablement dans les tous prochains jours vu que le pays est passé à la phase de contamination communautaire. La population est appelée à faire preuve de vigilance, faire preuve de civisme mais surtout à respecter les mesures barrières. 

Et en parlant de mesures barrières, on entend également le port d’un masque de protection. Si jusqu’ici il avait été essentiellement préconisé pour les agents de santé et les personnes déjà infectées, la tendance est en train d’évoluer vers le grand public. Ces derniers faisant notamment preuve d’ingéniosité face à l’absence des masques chirurgicaux ont décidé d’opter pour des masques en pagne dit « alternatifs » ou « faits maison » .   

Fiables? N’étant pas scientifiquement recommandés, ils restent moins sûrs que des masques chirurgicaux et des masque de type FFP. Selon l’organisme de santé INRS, les masques chirurgicaux permettent une filtration bactérienne et de virus pouvant aller jusqu’à 98 %. Quand l’organisme de santé Varsoy Health Care, indique qu’un masque en pagne peut filtrer jusqu’à 50 % de bactéries, mais ne permet pas de protéger contre les virus. 

Toutefois, ils peuvent réduire la propagation dans l’air des émissions de gouttelettes de salive d’un individu contaminé par le virus, qui tousse ou qui éternue. Les masques chirurgicaux restent plus efficaces, c’est certain. Mais en leur absence, plusieurs médecins conseille le port des masques en pagne que rien du tout.