Ecouter cet article

Dans un entretien accordé à L’Union, Créol la Diva, artiste chanteuse désormais établie en Côte d’Ivoire se dévoile sur les raisons de son départ pour ce pays d’Afrique de l’Ouest, mais aussi sur la situation des acteurs culturels au Gabon depuis l’arrivée du covid-19. Très incisive, la chanteuse a mis le doigt sur un sentiment sans doute partagé par la communauté artistique gabonaise en fustigeant l’inaction du ministère de la Culture. 

« C’est dommage de le dire, mais sachez que le secteur culturel n’existe plus au Gabon. On n’a pas de ministre de la Culture et son absence n’est même pas consécutive à la crise sanitaire. Il est absent depuis longtemps », a fustigé Janice Moussitou Makaya, plus connu sous le nom de Creol. Dans cet entretien, la chanteuse tance le ministre de la Culture à qui il est reproché de ne pas avoir entrepris suffisamment d’actions, voire quasiment pas, pour soutenir les acteurs et entrepreneurs culturels durant cette crise sanitaire. 

En effet, le monde de la Culture a été durement touché par les effets du covid-19. Mais alors que les acteurs de ce secteur ont depuis plusieurs mois réussi à sortir la tête de l’eau dans plusieurs pays à travers le monde, au Gabon, ces derniers continuent à broyer du noir. Pour les artistes chanteurs par exemple, la relance des activités est encore difficile malgré la timide ouverture des salles de spectacles à l’instar de celle de l’Institut français du Gabon (IFG). Laquelle ne peut d’ailleurs pour l’instant accueillir que 30 personnes, conformément aux mesures restrictives gouvernementales. 

Les mesures adoptées dans le cadre de la crise sanitaire ont fortement impacté le quotidien des acteurs du spectacle. Aujourd’hui, plusieurs artistes ne voient plus d’horizons. Conséquence, l’exode des talents gabonais vers la Côte d’Ivoire, un pays qui leur offre de nombreuses opportunités. « Je découvre le travail d’un artiste et qu’on peut vivre de notre art depuis que je suis en Côte d’Ivoire. Tant que la situation ne s’améliore pas au Gabon, je ne reviendrai pas. Je suis artiste, il faut que je vive de mon art. Ce qui n’est pas possible au Gabon », a indiqué Creol la Diva. 

Il faut dire que le ministre de la Culture et des Arts, Michel Menga M’Essone,  est effectivement muet face aux nombreux appels des interprètes de l’art. Sa dernière intervention à sujet remonte à la montée au créneau des artistes suite au non-paiement des cachets de prestation à l’édition 2020 du Festival Gabon 9 provinces. Celui-ci étant prévu dans les conditions normales du 8 au 17 août de l’année, c’est l’occasion de se demander si l’édition 2021 aura-t-elle lieu?