Ecouter cet article

Le 28 juillet dernier, le Parc national de l’Ivindo a obtenu son inscription dans la liste du patrimoine mondial de l’organisation des nations unies pour l’éducation, la science et la culture (UNESCO). Une reconnaissance saluée par World Wildlife Fund (WWF) qui n’a pas manqué d’encourager « toutes les parties prenantes à travailler pour obtenir la reconnaissance de l’UNESCO » notamment le Gabon avec les parcs nationaux de Mwagna et Minkebe.

Une semaine après l’inscription du parc national de l’Ivindo au patrimoine mondial de l’UNESCO, il semble que cette adhésion ait suscité  l’intérêt des partenaires internationaux notamment le WWF. En effet, cette organisation non gouvernementale (ONG)  incite les autorités gabonaises à redoubler d’efforts dans le noble combat dans lequel elles se sont engagées.

Notons qu’à l’instar d’autres pays de la Tri-nationale de Dja-Odzala-Minkébé (TRIDOM) en l’occurrence le Cameroun et le Congo, notre pays regorge d’énormes potentialités dans la conservation de la nature offrant ainsi des opportunités touristiques. A ce propos, WWF a révélé que « ce paysage écologique quasi-intact contient aujourd’hui 11 aires protégées dont les parcs nationaux de Minkébé, Mwanga et Ivindo au Gabon ». 

A cet effet,la première organisation mondiale de protection de la nature dotée d’un réseau opérationnel de 96 pays a  invité « toutes les parties prenantes à travailler pour obtenir la reconnaissance de l’UNESCO au sein d’autres zones protégées au Gabon et dans le paysage TRIDOM . Avec l’intégration des parcs de Mwagna et Minkébé », est-il indiqué dans le communiqué parvenu à la rédaction de GMTme.