Ecouter cet article

Tout est parti d’une fantaisie sarcastique de Pahé à propos de Nephtali Nalick, le mardi 22 juin 2021 sur sa page Facebook « La page de Pahé ». Mécontent des invectives du caricaturiste et polémiste à son endroit, le jeune comédien et influenceur-web a riposté en le traitant de « suceur de bangala ». Sapristi ! GMTme vous dit tout!

Ce mardi 22 juin, comme à son habitude, le caricaturiste Pahé a lancé des piques aux « influenceurs » locaux en s’adressant principalement à Nephtali Nalick. « Je me pose souvent des questions lorsque je vois certains compatriotes s’affubler de certains grands noms et titres ronflants (…)Nephtali qui jure que c’en est un, pardon de m’expliquer. Quand il fait ses pitreries dans ses vidéos montées avec les images des autres, il est influenceur en quoi? », a-t-il déclaré. 

Capture d’écran du post de Pahé et de la réponse Nephtali Nalick © GMTme

C’est cette pique qui aura été l’étincelle qui a mis le feu aux poudres. Réputé réservé et stoïque, Nephtali Nalick semble avoir été touché dans son amour propre. Dans sa réplique l’humoriste n’y est pas allé de main morte. « J’ai 355.000 abonnés. Je suis le 4ème artiste le plus suivi du Gabon après Sean Bridon, Shan’L et Creol. Tu penses que j’ai eu tout ça en suçant les bangalas comme toi? », s’est-il offusqué. S’en suivra une déferlante de commentaires d’internautes qui semblent être de bons cuisiniers tant ils ont assaisonné ce clash chacun de son épice.

Au-delà des prises peu commodes de Pahé, jugées abusives et choquantes, il n’en demeure pas moins que Nephtali Nalick ait « mis les organes ». Ce dernier aurait simplement pu prendre de la hauteur et voir à travers le billet de Pahé non pas de la simple moquerie mais une certaine publicité. 
Qui mieux qu’un humoriste aurait pu rigoler du post de Pahé et rétorquer avec une vanne? Décidément, « Les cordonniers peuvent être mal chaussés ». Les acteurs culturels gabonais qui sont des leaders d’opinion doivent s’unir et être des modèles pour la société plutôt que de se livrer à l’invective gratuite.

Facebook Comments