Ecouter cet article

Dans la nuit du dimanche 14 mars dernier, les nigérians Burna Boy et Wizkid ont été sacrés aux USA lors de la cérémonie des Grammy Awards. Une première pour le continent africain qui démontre son inestimable potentiel dans la musique. Une démonstration de puissance qui, on l’espère, saura booster l’espoir des artistes Gabonais à visiter la lune.

Cette édition 2021 a vu Beyoncé devenir la femme la plus titrée des Grammy Awards avec 28 récompenses dont celle co-décrochée en compagnie de sa fille Blue Yvy. Mais les sensations à l’issue de cette cérémonie grandiose et unique en son genre auront été les prix reçus par deux africains. Il s’agit de Burna Boy, de son vrai nom Damini Ogulu. Il remporte la catégorie « Meilleur album musical mondial ».

Pour sa part, son compatriote Ayodeji Ibrahim Balogun alias Wizkid a décroché le titre de meilleur vidéoclip pour sa chanson avec Beyoncé, « Brown Skin Girl » de l’album Lion King: The Gift.  Des distinctions uniques qui rappellent qu’à notre ère, la musique est davantage universelle. Les canaux de distribution étant déjà accessibles à une plus grande catégorie d’artistes de tous les horizons.

Alors pourquoi ne pas imaginer une Shan’L nominée ? C’est en tout cas tout le mal qu’on lui souhaite. Ainsi qu’à tous nos compatriotes qui visent désormais l’international. Via les signatures en major de distribution ou des inscriptions au sein des plateformes de streaming et autres téléchargements numériques légaux. Mais cela requiert un professionnalisme sans pareil.

En effet, les productions de musique devront être davantage de qualité. Il est regrettable que de nos jours, plusieurs artistes peinent à mixer et à masteriser leurs morceaux convenablement. D’aucuns parleront des droits d’auteurs. Et à ce niveau, les autorités en charge de la culture devraient voir ce qui se passe au Nigeria et en Afrique du Sud. Pour l’heure, c’est notre pays frère et l’Afrique qui sont élevés.