Mère célibataire à la vingtaine révolue, Blaisely Kassandra Lyvia Mboughe Nguema est une jeune entrepreneure qui a choisi de s’épanouir dans le monde du E-commerce. Riche d’un parcours appréciable en qualité de prestataire de services dans le domaine de l’évènementiel et conseillère clientèle au Bet241, cette compatriote n’a pas hésité à se lancer dans la vente en ligne. Une secteur en développement au Gabon notamment depuis le début de la crise sanitaire liée à la Covid-19. Dans cet entretein exclusif, la gérante de Miel Shop s’est dévoilée à GMTme. 

1) GMTme: Bonjour Kassandra Nguema, vous êtes acteur du secteur tertiaire précisément dans les ventes en e-commerce. Et si vous nous en disiez plus sur votre activité ?

KN: Je fais dans le E-commerce depuis maintenant 2ans, plus  précisément dans la vente de montres hommes et femmes, sacs pour femmes, chaussures hommes et femmes, draps et serviettes. Ma structure en ligne s’appelle « MIEL SHOP »

2) GMTme: En tant qu’entrepreneur, quels sont,selon vous, les bons indicateurs pour mesurer la performance d’un e-commerçant?

Kassandra Nguema: Sincèrement, il est très difficile aujourd’hui de trouver de bons commerçants sur internet. Il y a beaucoup d’arnaqueurs, et la plupart se lancent sur un coup de tête sans pour autant aimer ce qu’ils font. Un bon commerçant doit être tout d’abord passionné de bonne chose, il doit aimer ce qu’il fait et être à l’écoute de son client. Les articles que nous fournissons doivent être de meilleurs qualités de manière à ce que la confiance puisse naître chez le client et le pousser à se fidéliser. 

3) GMTme: Dans ce contexte singulier lié à la Covid-19, comment arrivez-vous à tirer votre épingle du jeu ?

KN: En cette période de coronavirus j’arrive à me démarquer en offrant beaucoup plus de promotion, en diminuant les prix en diversifiant les produits chose qui n’est pas toujours facile car il y a aujourd’hui beaucoup de concurrence les clients eux mêmes deviennent commerçants. Les stratégies diffèrent chaque jour, il m’arrive même d’offrir des cadeaux ou des livraisons d’articles à ceux qui achètent au-delà de 3 ou 4 articles. Pour ceux qui nous sont fidèles par exemple, nous laissons la possibilité de payer en 2 mensualités. 

4) GMTme: Vous avez aussi aujourd’hui un boulevard qui s’offre à vous avec la fermeture des activités traditionnelles. Cela signifie-t-il que Kassandra Nguema est bientôt riche ? 

KN: Dans la mesure ou alléger des clients qui ne veulent pas se déplacer me permet d’arrondir mes fins du mois, je dirais oui mais de là à devenir riche en cette période de coronavirus, je dirais non. Il ya beaucoup de concurrence comme je l’ai dit plus haut, non seulement les clients eux même deviennent commerçants, mais aussi ceux du secteur traditionnel se reconvertissent histoire de pas perdre.

Mais en toute honnêteté, j’arrive tant bien que mal à subvenir à mes besoins et ceux de mon fils. Je m’épanouis financièrement.

5) GMTme: Quelles sont les difficultés majeures auxquelles vous faites face au quotidien dans ce secteur au Gabon?

Kassandra Nguema: Avant la covid-19 c’était le doute permanent des clients qui subissent fréquemment des arnaques en ligne, la hausse permanente des prix et la qualité des produits mis en vente. 

Mais depuis l’arrivée de la Covid-19, il y a l’augmentation des kilos, le temps que met la marchandise à arriver ( on va de 3 à 4 semaines voir   2 à 3 mois). Aussi avec la fermeture des frontières de certains pays et le nombre de vols réduit au Gabon, les choses ne sont pas en voie d’amélioration. 

Sans oublier le rôle du couvre feu. En termes de livraison, il y a encore plus de difficultés. Pour quitter d’un quartier à un autre ou d’une commune à une autre il faut subir les embouteillages, ce qui réduit considérablement le nombre de livraisons par jour. 

6) GMTme: En tant que client, pourquoi je viendrai vers un commerçant en ligne plutôt qu’un commerçant classique où je pourrais revenir me plaindre ?

KN: Le vendeur en ligne vous offre ce que le vendeur traditionnel ne vous offre pas nécessairement en termes de qualité-prix , réactivité et disponibilité.

Déjà vous ne vous déplacez pas, tout vient à vous. Quoi de plus facile, en plus en cas de plainte, vous pouvez aller directement sur ses réseaux sociaux sans vous déplacer ou l’appeler. Et surtout que les transactions financières sont sécurisées aujourd’hui avec les comptes airtel money ( le client donne une avance sur la marchandise pour passer la commande et l’autre partie à la livraison, si le compte n’est pas bon vous pouvez toujours vous faire rembourser). 

Le but c’est d’être gagnant-gagnant.

7) GMTme: Quelles sont vos perspectives pour 2021 et 2022 ?

KN: Agrandir ma structure c’est-à-dire la rendre plus visible et fréquentée. Avoir la capacité financière de pouvoir aller moi-même chercher la marchandise à l’extérieur du pays. Épargner suffisamment pour me permettre d’avoir une autre activité. L’ouverture d’un restaurant dont j’ai déjà le nom au passage. 

Je finirais par dire aux jeunes comme moi de ne pas avoir peur de se lancer dans une activité peu importe le secteur. On part de rien pour avoir quelque chose. On ne peut plus aujourd’hui attendre quoique ce soit de l’Etat. La peur du lendemain existe c’est vrai, rien n’est sûr mais le courage de recommencer après chaque échec est meilleur que la peur de se lancer. Travailler pour quelqu’un c’est bien mais être le garant de son indépendance financière est encore mieux. 

Merci GMTme. 

GMTme: Merci mademoiselle Blaisely Kassandra Lyvia Mboughe Nguema, nous vous souhaitons une bonne continuation.