Plaque tournante du Showbiz, la Côte d’ivoire semble être la destination privilégiée pour obtenir une notoriété certaine. Shan’L, Tabouret Gang, Créol, Ferry Songz voire Émeraude, des artistiques Gabonaise migrent dorénavant vers la Côte d’Ivoire, le pays qui est désormais maître dans l’entertainment en Afrique francophone malgré la crise sanitaire liée à la Covid-19. GMTme vous dit tout ! 

Tabouret Gang, Nessa, Shan’L, Serge Abessolo, Créol la Diva et tout récemment Émeraude le diamant vert. Toutes ces étoiles gabonaises ont en commun: la quête du public ivoirien. Certains s’y installent durablement tandis que pour d’autres, il s’agit d’un tremplin. Faut-il rappeler que le paysage artistique ivoirien est devenu un gage de notoriété dans l’Afrique mais encore plus via le monde ?

Nostalgie, Trace et les autres mastodontes de la promotion de la culture urbaine y sont installés. Toute chose qui suscite davantage la convoitise chez nos panthères. D’aucuns estiment qu’il suffirait d’une volonté politique à l’instar de celle impulsée du vivant du parrain de la culture ivoirienne Hamed Bakayoko.

Mais si le pèlerinage ivoirien est prisé, il n’en demeure pas moins que le revers de la médaille est très souvent immédiat. Dernier fait en date, le clash entre Apoutchou national et les artistes Gabonais. Le public ivoirien a évidemment fait front pour son acteur culturel. Que dire du lynchage infligé à Créol la Diva lors de son opposition à Eunice Zunon. 

Des épisodes qui doivent servir aux artistes Gabonais. Lesquels gagneraient à peaufiner dès à présent leur univers promotionnel. Ceci passe par des gestes solidaires et non pas des antagonismes tous azimuts entre rappeurs et chanteurs, vice versa.  Pour sa part, le Gouvernement pourrait ramener des activités qui mettent en exergue la culture vert-jaune-bleu où d’autres pays pourraient venir en hôtes.