La majorité des personnes qui se sentent isolées ne le sont pas. Certaines d’entre elles vivent en couple, travaillent, ont des enfants, de la famille, des amis. Malgré cela, cette sensation de vide intérieur ne se consume pas pour autant. 

C’est une sensation de vide, une vague tristesse souvent sans cause réelle qui nous serre le cœur. Certaines fois, la cause n’est que le trop plein d’accumulation émotionnelle. Autour de soi, les gens discutent, rient, semblent être si heureux. Mais impossible de partager leur joie. Si non juste pour une courte durée avant d’être rattrapé par la réalité de notre état. 

Les moments de joie paraissent tellement éloignés. Le sentiment d’incompréhension apparaît. En même temps proches mais si loin. C’est le paradoxe de la sensation de solitude. Elle ne se ressent jamais autant qu’en compagnie des autres.

Une étude du Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Credoc) de 2016 montrait l’absence de corrélation entre isolement réel et impression personnelle de solitude. Un peu plus de la moitié des personnes qui se sentent seules ne le sont pas en réalité.  

Chez les personnes souffrant de cette sensation, il est souvent noté un intense besoin de reconnaissance et d’approbation, une grande peur d’être disqualifié et enfin une difficulté à se raccrocher à des pensées réconfortantes dans les moments de passage à vide. 

La tristesse est une sensation inévitable et selon chaque personne, elle est soit incomprise soit méprisée. La guérison est progressive et dépend du mental de la personne touchée.