Ecouter cet article

Se caractérisant par de fortes douleurs au bas ventre, l’Endométriose se définit selon le site endofrance.org comme étant la présence en dehors de la cavité utérine de tissus semblables à l’endomètre qui subiront lors de chacun des cycles menstruels ultérieurs, l’influence des modifications hormonales. Maladroitement assimilée aux règles douloureuses, cette méconnaissance de la pathologie à des effets irréversibles si elle est diagnostiquée tardivement. GMTme se propose de vous édifier sur ladite pathologie.

Une maladie gynécologique causée par la présence de cellules de l’endomètre en dehors de l’utérus. c’est ainsi qu’est scientifiquement présentée l’endométriose. Mais au quotidien, ce sont plusieurs jeunes femmes qui se plaignent de douleurs abdominales sans vraiment en connaître la cause. Selon endofrance.org, il n’y a pas une mais « des » endométrioses car cette maladie ne se développe pas de la même façon d’une femme à l’autre. 

L’endométriose est une maladie chronique qui touche 5 à 20% des femmes en âge de procréer et 40% de ces femmes se plaignent de douleurs dans le bas ventre.  Chez certaines femmes, la maladie peut être asymptomatique c’est-à-dire qu’elles ne présentent aucun symptôme caractéristique de cette pathologie. 

Pour ces dernières, la prise en charge n’est pas souvent nécessaire mais néanmoins la maladie cause des douleurs régulières qui peuvent entraîner dans certains cas une infertilité. En effet, elle se développe à l’intérieur de l’utérus. Les cellules de l’endomètre vont se loger en dehors de la cavité utérine en passant par les trompes pour attaquer les autres organes de l’abdomen. 

De ce fait, chez les femmes souffrant de cette maladie, les cellules ayant migré en dehors de l’utérus deviennent sensibles aux hormones. Elles saignent en dehors de l’utérus et ce sang ne peut malheureusement pas être évacué de façon naturelle comme les menstrues. En cas d’endométriose, les tissus de l’utérus peuvent migrer au niveau des ovaires et de l’espace séparant le vagin du rectum. 

De manière plus large, elle peut toucher le côlon, l’intestin grêle, le col de l’utérus, le vagin, les reins et même la vessie. Bien que le mécanisme exact de l’endométriose ne soit pas connu avec certitude, elle revêt différentes formes à différents endroits selon différentes proportions d’une femme à l’autre.

 Mesdames, les maladies asymptomatiques sont plus dangereuses qu’on ne le pense. Il est généralement trop tard pour un traitement lorsqu’elles sont diagnostiquées. Il est de ce fait important d’avoir un regard pointu sur les questions de santé et de se faire dépister lorsqu’on voit apparaître les premiers signes. Car comme on le dit généralement, il vaut mieux prévenir que guérir.

GMTmesons-nous vivants!

Facebook Comments