Ecouter cet article

Plus de huit mois après le début de l’année, force est de constater que musicalement, l’année 2021 est pauvre en nouvelles œuvres. Une situation due à la paresse de nombreux artistes à l’affût des « gombos » au détriment de projets d’envergure.

A trois mois de la fin de l’année, un premier bilan musical peut d’ores et déjà être fait. Contrairement aux années précédentes où de nombreux projets musicaux étaient en concurrence pour être parmi les titres de l’été, enfin de la saison sèche, pour cette année 2021, très peu d’artistes semblent sortir du lot, à l’exception de L’oiseau rare. 

Une situation qui pourrait trouver son fondement dans l’absence de spectacle ou le peu d’intérêt des mélomanes quant à l’achat de la musique locale. L’absence de scène contraint les artistes à la retenue. « Puisque nous ne pouvons pas prester, il n’y  pas d’intérêt à sortir des projets. Nous n’aurons aucun retour sur investissement », répond un artiste questionné par GMTme. 

Pour sortir de cette léthargie, musiciens, acteurs culturels et de l’événementiel doivent, en concertation avec le ministère de la Culture, celui de l’Intérieur et celui de la Santé, trouver les voies et moyens pour faire revivre le spectacle. 

Facebook Comments