La dépouille du rappeur-beatmaker Doba Mourende Francis Ulrich plus connu sous le pseudonyme de « Djoobai » sera exposée ce mercredi 8 janvier 2020 au domicile familial sis à la cité des Charbonnages. A l’occasion, ses frères de son lui ont confectionné un morceau empreint d’amour et de reconnaissance dans lequel on retrouve des pointures du rap gabonais. 

 « Un vieillard qui meurt est une bibliothèque qui brûle », dit le légendaire adage africain. Mais que dire d’un jeune qui a marqué son domaine et son temps? C’est toute l’interrogation qui taraude les esprits de la scène musicale urbaine gabonaise attristée par le départ prématuré de celui que tout le monde du rap gabonais appelait « Djoobai aka Squal ». En effet, l’artiste a été emporté à la fleur de l’âge et en pleine possession de ses moyens. Il est décédé des suites d’une courte maladie. 

Une douleur forte pour sa famille et ses proches. C’est dans cet esprit que s’inscrit cet hommage rendu par ses frères de son. Lou Ori J Sense du groupe New Skool, Samy du Black H, Mitch Mwana de Cosalypse, Mungang Kanibal, D.M.O Respect et Cam se sont exprimés sur une production complète de Jakkaar. Une liste d’artistes qui auraient pu être infinie tant cet artiste aux multiples facettes reconnu dans l’Underground aura marqué les esprits et partant le rap gabonais.

Pour rappel, Djoobai est un informaticien certifié formé dans les plus grands instituts nationaux et internationaux à l’instar de l’Institut africain d’informatique (IAI) dans ses plus belles heures. Il aura très tôt mis son talent et son intelligence pour produire les plus belles mélodies aux côtés des plus grands collectifs de rap tel Matonghe Bidass. Sa carrière artistique en dents de scie car l’homme privilégiait autrui. Il se sera donné pour objectif de pousser des jeunes artistes et d’illustres artistes dans l’édification de leurs projets. Celui qui aimait répéter “Inévitable, là je suis dans mes stats” vient de sortir à titre posthume le titre “Dream”. Un rêve qu’il n’aura vécu que partiellement !