La baisse de l’audition se manifeste sous plusieurs formes, avec plusieurs effets. En ce qui concerne l’hypoacousie, qu’ elle soit temporaire ou permanente, cette maladie peut être plus ou moins importante selon les différents cas de figures. Très souvent négligée, à la limite méconnue, c’est une anomalie dangereuse. 

Caractérisée par une baisse auditive partielle, ce trouble affectant la perception des sons qu’est l’hypoacousie est une maladie grave souvent négligée. Avec l’âge, le système auditif se dégrade et des problèmes d’audition peuvent naître. Les cellules intérieures de l’oreille disparaissent progressivement, ce qui  provoque une baisse des capacités de l’entendement.

L’hypoacousie est un type de surdité, c’est-à-dire un trouble affectant la perception des sons. D’origine diverses, environ 16% de la population mondiale est atteinte d’une perte auditive. Ce qui représente près d’un milliard de personnes touchées. De grandes difficultés à entendre, interpréter et comprendre les sons autour de soi. Qu’elle soit légère, moyenne, sévère ou profonde, l’hypoacousie peut rapidement placer la personne en situation de handicap (sensoriel comme social).

Généralement liée au vieillissement, il existe néanmoins de nombreuses causes et facteurs pouvant déclencher, voire aggraver la baisse d’audition. Ce qui concerne à la fois la transmission et la perception des sons. Un bouchon de cérumen peut provoquer une obstruction du conduit auditif. 

La présence d’un corps étranger comme par exemple les kits audio. Un traumatisme crânien, un choc au niveau du crâne dont l’intensité peut notamment provoquer une fracture de l’os tympanal au niveau de l’oreille. Dans de nombreux cas, traiter la cause de l’hypoacousie permet de faire disparaître la baisse d’audition selon l’origine diagnostiquée.