Ecouter cet article

Parce que la richesse culturelle du Gabon passe également par ses danses, aujourd’hui, nous vous présentons, pour la première fois, un bulletin sur la danse Ikoku. Pratiquée chez le peuple punu. Cette danse traditionnelle fait la fierté de ce groupe ethnique localisé principalement dans les provinces de la Nyanga et la Ngounié, au Sud du Gabon.

L’Ikoku fait partie de la beauté des Punu, et du patrimoine culturel gabonais. Il se danse essentiellement avec un pagne noué autour de la taille (ou des reins) par l’arrière, bien au-dessus du postérieur. L’idée est de suivre le rythme des chants, en langue yipunu tout en exécutant des mouvements saccadés au niveau du bassin et du fessier. Si certains parlent de « coup de rein», il faudrait également noter qu’un jeu de pieds est nécessaire pour arriver à bien danser l’Ikoku.

Notons par ailleurs que danser l’Ikoku ne relève pas de l’initiation. Bien qu’il peut avoir une dimension sacrée et spirituelle liée au rite du Mukudji, encore appelé le Mbwanda. L’Ikoku est autant dansé par les hommes et les femmes, les petits et les adultes.

Seulement, la danse se meurt. Nombreux sont les jeunes aujourd’hui, des ressortissants du groupe punu, qui ne savent pas pratiquer la danse Ikoku. On assiste à une perte de cet élément identitaire et culturel. Peut-être faudrait -il encourager le retour aux sources, ou organiser des ateliers de danses traditionnelles pour sauver cette partie de notre culture.