Ecouter cet article

Très souvent l’objet de moqueries que ce soit chez la gent féminine ou masculine elle-même, la question du micropénis peut s’avérer gênante pour les hommes. Pourtant, selon le site français passeportsante.net, une analyse scientifique du sujet considère qu’il s’agit d’une malformation génitale. Aussi, son origine étant diverse, nécessite une bonne compréhension. 

D’après les experts scientifiques en la matière, dès l’entrée de la puberté, c’est-à-dire la période durant laquelle le corps d’un enfant évolue, la limite pour parler de micropénis chez le jeune homme est de 4 centimètres, puis, en pleine puberté elle est inférieure à 7 centimètres. 

A l’âge adulte, la taille moyenne d’un pénis est comprise entre 7,5 et 12 centimètres au repos et entre 12 et 17 centimètres au cours d’une érection. Seulement lorsque l’homme présente un pénis d’une longueur inférieure à 7 centimètres à l’état flaccide (au repos), alors là survient l’état de micropénis.

Les causes d’un petit pénis dans certains cas seraient aussi dus à un déficit hormonal lié à la testostérone fœtale au cours de la grossesse. En effet, elle est convenablement produite mais les tissus composant la verge ne réagissent pas à la présence de cette hormone. Les experts en la matière parlent alors d’insensibilité des tissus aux hormones.

Aussi, le micropénis est non seulement le résultat d’une anomalie chromosomique, d’une malformation congénitale, mais encore idiopathique, c’est-à-dire sans cause apparente. Par ailleurs, une étude menée au Brésil a expliqué que l’exposition à des insecticides au cours de la grossesse pourrait augmenter le risque de malformation génitale.

Généralement taxé de « petit zizi », dans la majorité des cas, cette anomalie crée un complexe chez les personnes affectées qui in fine ont une vie sexuelle qui ne les satisfait pas. Pourtant, il est scientifiquement prouvé que la taille du pénis n’a aucune incidence sur la fertilité ou sur le plaisir masculin. Un pénis, même petit, permet d’avoir une vie sexuelle normale. 

Facebook Comments