Icône de la musique gabonaise Pierre Claver Zeng, celui que les mélomanes appellent affectueusement « PCZ » a tiré sa révérence à l’âge de 55 ans. En mémoire à cet illustre artiste réputé pour sa philosophie derrière ses écrits en langue Mfan, GMTme vous offre les lyrics du classique  « Nkoum Ekeign » dans lequel le natif de Nkolabona traduit son spleen pour sa belle ville abandonnée pour se réaliser à Libreville.

Paroles originales restranscrites par Tsira Nganemote

« Alouk ye Nkum’ekiegn

E nga wou me ntouk esi GNi

Akal bisegn bi miang

Me nga zou segn beyok

Adzo ye Nkum’ekiegn

E nga tueeh me nkuegn esi gni

Akal medzo me miang

Me nga zou teeh beyok

Me dague y’Akoakam

Me dague ya ndzong w’ake Israël

Ma simane ening ene vegn

Ma simane e mot m’adzing

Me dague y’Adzougou y’a Meka’a

Me dague y’a ndzong w’ake Eyen’asi

Ma simane ening ene vegn

Ma simane e mot m’adzing

Tsegn.a Nkum’Ekeign

Nde m’enga yene fe asu dueh

Tsegn a zame ye mebegue

Nde m’enga yene fe mbeng yueh

Bengone ye Monaco

Ma wok bekang minsame a Vallée

Be keng b’adzem Kongo

Be keng b’adzem Mendzang ya Mebane

Me ta me nga kang n’nom

A Mong ye Mimbeng ye Ezame

Ma simane minbou mi nga lot

Ma simane ening ene mbeng

Besso Be nga kang Oyem

A Mong ye Olong ebe Abia

Ma simane esi me nga biale

Ma simane ening ene mbeng »

                 Traduction francaise

« Mon rêve de mariage

avec la belle Nkum’Ekeign

s’est brisé sur cette terre

à cause de l’argent 

que je suis venu travailler à Libreville

Mon histoire d’amour

avec la belle Nkum’Ekeign

m’a rendu célibataire sur cette terre

à cause des problèmes d’argent

que je suis venu régler à Libreville

De loin , mes yeux contemplent Akoakam

et scrutent la route qui mène à Israël .

A regret , je pense à la belle vie

et mes pensées vont vers celle que j’aime

La subliminale et romantique Nkum’Ekeign

O ma belle Nkum’Ekeign

de sitôt , je ne verrais plus ton visage.

O déesse des villes lumières 

Je ne connaîtrais plus ton hospitalité légendaire .

De mon exil librevillois

j’entends dire que les filles de Monaco

sont passées en sarabande à la vallée

Dansant aux rythmes Kongo ,

de Mendzang et de Mebane…

Pendant ce temps , la vieillesse m’emporte

O fils de Mimbeng et d’Ezame

dans la fiévreuse mélancolie ,

je me souviens des années passées ,

surtout à la belle et heureuse vie .

Quelle ambiance pleine d’émotions !

Quand les vacanciers prennent d’assaut :

avions , bus et autres moyens de transport

de fortune pour aller à Oyem.

Et moi , fils de Olong chez Abia ,  

la mort fans l’âme ,

je n’ai plus que mes yeux pour pleurer

en pensant à ma terre natale et surtout ,

à la belle Nkum’Ekeign et son abondance »

GMTme remercie tout particulièrement à la famille du regretté fils Ekang notamment à son fils Olivier Zeng et Tsira Nganemote pour sa sapience.